ce que nous faisons

Nous disons oui à la vie, non à l'exploitation minière, en faisant entendre des voix de premier plan sur la scène internationale.
cas emblématiquesforum social thématique

nous défendons l'action collective pour un avenir respectueux de la vie

Nous soutenons et célébrons tous les défenseurs de la terre. Nous défendons l'égalité, l'équité et la justice.

nous disons non à l'exploitation minière et à l'extractivisme

Nous rejetons toutes les formes d'écoblanchiment de la part des gouvernements, des institutions et des industries extractives - y compris l'extractivisme "vert", la croissance et la certification "vertes", les normes volontaires et les systèmes d'audit qui y sont associés.207485

nous nous opposons à l'exploitation des personnes et de la nature

Il s'agit notamment de l'exploitation minière, de l'extractivisme, du colonialisme, du racisme, du sexisme, de l'impérialisme et du patriarcat.

qui sommes-nous ?

Oui à la vie, non à l'exploitation minière (YLNM) est un réseau mondial de solidarité pour les peuples autochtones et les communautés locales touchés par les activités des industries extractives, en particulier l'exploitation minière. communautés locales touchées par les activités des industries extractives, en particulier l'exploitation minière.

Formé en 2012, YLNM comprend des organisations locales, nationales et régionales et des réseaux de base qui disent non à l'exploitation minière et cherchent à promouvoir un avenir au-delà de l'extractivisme. l'exploitation minière et qui cherchent à promouvoir un avenir au-delà de l'extractivisme.

L'extractivisme reflète et soutient un modèle économique et de développement fondé sur l'exploitation insoutenable et injuste des personnes et de la nature. Il est motivé par une production et une consommation hors de contrôle, une dépendance mondiale à la croissance économique (PIB), une logique de violation des droits de l'homme et de pillage des systèmes de maintien de la vie dont dépend le bien-être de toutes les formes de vie sur Terre. 

L'extractivisme est à l'origine de dommages écologiques, économiques, culturels et sociaux de plus en plus importants sur notre planète vivante. Les populations autochtones et les communautés locales du Sud, mais aussi, de plus en plus, du Nord, sont les plus exposées à ces risques.

il est urgent de prendre des mesures efficaces

Nous pensons que les peuples autochtones et les communautés locales qui sont en première ligne de la résistance détiennent la clé d'un avenir post-extractionnel et doivent montrer la voie. YLNM existe pour faire de cet avenir une réalité grâce à la solidarité et à l'action collective.

En se réunissant pour échanger des histoires et des stratégies, et en se soutenant mutuellement, les communautés construisent un mouvement de solidarité mondiale florissant qui remet en question les récits mondiaux qui menacent la vie sur Terre. 

Nous plaidons en faveur d'approches écologiquement et socialement justes, qui valorisent les différents modes de vie et protègent la terre, l'air et les eaux dont nous dépendons tous. Ces approches nous mèneront au-delà de la pratique intrinsèquement violente et nuisible de l'extraction, comme si la Terre n'avait pas de limites. 

Nous encourageons et célébrons les voix de tous les défenseurs de la Terre et collaborons avec ceux qui inspirent la création, le tissage et le maintien de réseaux centrés sur la justice et la solidarité à travers le monde. 

nos engagements

Nous partageons un engagement actif :

  • Favoriser des liens de solidarité équitables et conscients par-delà les frontières. 
  • Soutenir les communautés affectées ou potentiellement affectées par l'industrie minière pour définir leurs voies de développement, y compris Saying No to Mining (dire non à l'exploitation minière). 
  • Promouvoir des alternatives locales, globales et systémiques à l'exploitation minière et à l'extractivisme. 
  • Reconnaître que nous faisons tous partie de la nature et que nous résidons dans les limites planétaires de la Terre, et que nos luttes et nos alternatives sont également interconnectées. 
  • Dénoncer les violations des droits de l'homme et de l'environnement commises par des entreprises et/ou des États, ainsi que l'impunité dont elles jouissent.
  • Contester les initiatives d'écoblanchiment qui réifient les relations sociales ou qui fabriquent l'acceptation/validation sociale de l'exploitation minière et de l'extractivisme, tant au niveau local qu'international. 
  • Lutter contre toutes les formes de discrimination et d'exploitation des individus et des communautés et défendre l'égalité, l'équité et la justice.
comment nous procédons

Pour ce faire, nous procédons de la manière suivante : 

  • Soutenir et relier les communautés de première ligne par la solidarité, la mise en réseau et les échanges, afin de renforcer l'organisation des communautés et la résistance à l'extractivisme.
  • Partager nos ressources, nos connaissances et nos tactiques de résistance par le biais de relations fondées sur la confiance et l'attention, et en créant des espaces et des plateformes pour l'enrichissement mutuel des stratégies. 
  • Remettre en question l'histoire dominante de l'inévitabilité de l'expansion extractive et de la croissance économique au nom du "développement et du progrès", qui est alimentée par les relations publiques et la propagande de l'industrie et des gouvernements. 
  • Recadrer et modifier les récits en renforçant les alternatives en faveur de la justice mondiale et du Bien Vivre / Buen Vivir / Sumak Kawsay / Ñandereko / Küme Mongen / Suma Qamaña / Ubuntu / Swaraj pour tout le monde et pas seulement pour une poignée d'élites. 
  • Tisser un monde au-delà de l'extractivisme pour les générations actuelles et futures.
Partager